Quitter un emploi pour un autre est une tâche délicate. Du choix du métier jusqu’à l’intégration dans le milieu du nouveau métier… il s’agit d’un processus décisif de l’avenir professionnel. Pour cela, il faut se poser les bonnes questions pour convenablement entamer une reconversion professionnelle.

Identifier un domaine de métier qui plait et correspond à ses attentes

Avant de changer de métier, il faut d’abord savoir dans quel secteur s’investir. À cet effet, l’Ecole Française propose un large panel de formations professionnelles prometteuses pour tous les âges. Vous y trouverez les nouveaux secteurs innovants et surtout rentables. 

En revanche, l’identification d’un domaine de métier qui est en adéquation avec ses attentes nécessite au préalable une analyse minutieuse des raisons qui motivent sa mutation de métier. Pour cela, il faut reconsidérer sa situation actuelle et répondre à certaines questions.

  • Pourquoi votre métier actuel ne vous correspond plus, et ce, depuis combien de temps ?
  • Que vous faut-il pour votre épanouissement professionnel ?
  • Quel secteur convoitiez-vous, et qui fera pleinement votre bonheur ?

À cela s’ajoute la connaissance de soi. Il suffit de recenser et analyser ses qualités et défauts, ses réussites et échecs. À la suite de ces analyses, il faut définir des objectifs précis qui favoriseront la réalisation de son projet professionnel. De même, il faut s’assurer que les ressources nécessaires à l’atteinte des objectifs sont à sa portée.

Faire un bilan de compétences

Le bilan de compétences permet d’analyser ses compétences personnelles et professionnelles et définir sur la base, un projet professionnel. Grâce au bilan de compétence, tous les atouts sont recensés et servent à définir clairement la suite de sa carrière.

À cette étape, vous pouvez décider d’évoluer dans votre métier actuel, de changer de métier ou simplement vous faire former pour acquérir de nouvelles compétences afin d’embrasser un autre métier.

Même en étant salarié, le bilan de compétences peut être fait avec ou sans l’association de votre employeur. Cliquez sur ce lien pour en savoir davantage sur le bilan de compétences et les conditions de sa réalisation.

Garder son emploi et suivre une formation professionnelle

Si le résultat auquel vous êtes parvenu est de suivre une formation professionnelle, alors il faut choisir un mode de formation de reconversion. Lorsque vous êtes en CDI par exemple, le CPF (Compte Personnel de Formation) et ses dérivés (CPF de transition et le Pro-A pour formation en alternance) sont des dispositifs propices.

Ils vous permettent en effet de suivre une formation professionnelle pendant le temps de travail. Dans ces cas, votre employeur est informé et votre formation aurait sans doute comme finalité d’évoluer dans votre métier. La formation CPF est même possible en dehors du temps de travail et ne requiert dans ce cas aucune autorisation de l’employeur.

Vous avez la possibilité de suivre une formation pendant les congés, ou en cours du soir ou à distance. Le centre national d’enseignement à distance est une institution (CNED) à laquelle vous pouvez recourir.

Quitter son emploi

C’est la phase décisive dans le processus de reconversion professionnelle. Il faut quitter son emploi actuel lorsque le nouveau est déjà trouvé, ou lorsqu’il est en vue et que les compétences y afférentes sont en train d’être acquises (en formation).

Dans l’un ou dans l’autre cas, deux options s’offrent à vous. D’un côté, la rupture conventionnelle qui implique votre employeur et qui vous permet de bénéficier d’indemnités de chômage sur deux ans. De l’autre, la démission pour reconversion permet d’obtenir aussi une indemnité chômage de démission.

Maintenant que vous savez comment vous y prendre pour entamer votre reconversion professionnelle, profitez de vos droits d’apprendre en optant pour une formation professionnelle dans un métier d’avenir.